Des nouvelles découvertes en matière d'allaitement

 

Par George Wootan, M.D.

 

traduit par Fiona M. Dionne (2000)

 

Il y a beaucoup qui a été écrit sur l'allaitement dans les années récentes, et si vous êtes le parent d'un nourrisson ou un bambin, vous avez sûrement lu au moins un peu sur le sujet déjà. Vous avez peut-être même déjà lu tellement là-dessus que vous vous demandez ce qui pourrait être écrit sur le sujet que vous ne sauriez pas encore. En fait, il y a beaucoup, même si cela pourrait être surprenant à votre avis. Même si la littérature médicale est plein de rapports et d'études sur l'allaitement et le lait humain, très peu de cette information est vraiment disponible au public en général pour la lecture. Dans cette article, je vais partager quelques-unes unes des connaissances récentes concernant l'allaitement et la relation mère-enfant pendant cet époque très spécial dans la vie de l'enfant.

 

Mais en premier...

 

Avant que les seins d'une nouvelle mère produisent du lait, ils sécrètent une substance épaisse et jaunâtre appelée du "colostrum", qui a des propriétés immunitaires. Du colostrum est, en fait, plus riche en protéine, en minéraux, en vitamine A et en azote que du lait. Du colostrum agit comme une couche protectrice sur l'estomac et les intestins pour aider à protéger le nourrisson contre des maladies nuisibles comme la poliomyélite et la pneumonie, et il aide aussi le bébé à passer son méconium--une substance goudronneuse qui s'accumule dans les intestins avant la naissance (les premières selles du bébé). En plus, des cellules appelées "macrophages" dans le colostrum détruisent des bactéries dangereuses.

 

Le repas principal

 

Quand le "vrai" lait commence à couler des seins (approximativement deux à trois jours après l'accouchement), lui aussi, il fournit des vitamines et des minéraux importants pour le bébé, y inclus l'acide aminée "taurine" qui aide à faire développer son cerveau. Bien que la taurine n'est pas une acide aminée essentielle, son haut teneur dans le lait humain nous indique que c'est un besoin que le corps du bébé ne peut pas encore combler. Mais combien de taurine est disponible dans du lait de vache ou dans des formules lactées pour nourrissons? Aucune! Mais de très hauts taux de cette substance "intelligente" sont trouvés dans les cerveaux des enfants, indiquant ainsi qu'il est important pour aider la croissance du cerveau. Quatre-vingt-seize pour cent de la croissance du cerveau se fait avant l'âge de cinq ans. L'âge moyen auquel un enfant se sèvre dans les cultures où le séverage est déterminé par l'enfant est--vous l'avez deviné--cinq ans.

 

Deux mythes qu'on entend souvent sur le lait humain sont que (1) il n'a que très peu de fer et (2) il est déficient en vitamine D. Mais en fait, le lait humain contient des taux suffisants des deux nutriments, en autant que la mère en a en quantité suffisante dans son corps (elle devrait suivre un régime équilibré et augmenter son rapport calorique quotidien à environ 3500). Il est vrai que du lait de vache et des formules lactées pour nourrissons ont des quantités plus élevées de fer, mais c'est un type de fer qui est mal assimilé par les nourrissons. Les bébés nourris sur ces substances deviennent anémiques vers leurs 6 mois s'ils ne reçoivent pas de fer en supplément. Ceci n'est pas vrai chez les enfants allaités. Par exemple, un groupe de bébés au Japon étaient allaités exclusivement pendant deux ans sans difficultés.

 

Pour ce qui est de la vitamine D, des chercheurs ont dépensé beaucoup de temps et d'argent en cherchant ce nutriments essentiel dans le gras du lait humain. Mais où était-il? Dans la partie aqueuse que les chercheurs avaient jetée! Maintenant les scientifiques savent qu'il n'y a aucune raison de donner un enfant allaité des suppléments en vitamine D...même si Maman est inuite et ne voit pas le soleil durant 6 mois!

 

La prévention des maladies

 

La résistance aux maladies est un autre bienfait du lait humain, qui contient 37 facteurs immunitaires Ils sont présents pendant toute la période qu'une mère allaite son enfant, et peuvent être divisés en plusieurs catégories: des bactéries protectrices, des "attaquants" enzymatiques, des agents qui collent à des protéines étrangères, des agents anti-virus, et des défenses en forme d'anticorps. C'est "l'emploi" de ces groupes "féroces" de trouver et de détruire tous les virus et toutes les bactéries qui peuvent causer des dommages au bébé, tout en s'assurant qu'il reçoit assez de protéine et de nutriments  Par contre, aussitôt que le bébé est exposé à des solides--même un biberon d'eau (sucré ou non)--17 de ces mécanismes sont détruits (par la bactérie E. coli qui est introduite dans le corps du bébé) et ne peuvent jamais être rétablis.

 

            En tout et partout, des études ont démontré que des bébés nourris au biberon sont malades bien plus souvent que des bébés allaités. Ceci est évident dans la charte suivante:

 

 

Le taux des maladies chez 1000 patients

Bébés allaités

Bébés biberonnés

Otite

3,4

6,3

Gastro-entérite

2,0

4,9

Pneumonie

0,34

4,3

Admissions à l’hôpital

0,34

2,9

 

 

Une étude de recherche en Inde (où l'allaitement est plus la norme que l'exception) indiquait que des 3684 bébés obeservés, 7 bébés sur les 2031 bébés allaités ont attrapé la pneumonie, contre 48 bébés sur les 1653 bébés nourris au biberon.

Si vous tombez malade avec un "microbe" pendant que vous allaitez, ne vous inquiétez pas. Des globules blanches apparaîtront dans le lait humain dès le 4ième jour après que la mère est exposé à la microbe--des cellules que son corps a créées spécifiquement pour manger cette microbe! Donc, votre lait donnera à votre enfant une antidote spécifique pour la maladie dont vous êtes malade. (Cette séquence de "maladie-guérison" marche évidement mieux si la mère tombe malade en premier. Heureusement, la plupart du temps, la mère est "assez gentille" et tombe malade en premier!)

 

L'usage des médicaments durant l'allaitement

 

En général, c'est mieux d'éviter les médicaments (incluant les drogues "sociales") durant l'allaitement. Même l'aspirine doit se faire prendre avec soin, car approximativement 1/12 d'un dose pour adultes est l'équivalant d'une dose pour un bébé de 10 livres (ou 4,5 kg). Pour savoir si un médicament est sécuritaire, il y a des livres que votre médecin peut regarder, et vous pouvez demander à la Ligue la Léche. En général, le plupart des médicaments qui peuvent être prises durant la grossesse sont également sécuritaires durant l'allaitement, à quelques rares exceptions. Souvenez-vous que les médicaments qui passent à travers le placenta ne passent pas nécessairement dans le lait maternel, car le placenta et le sein sont deux types d'organes différents.

 

Les avantages pour Maman

 

L'allaitement au sein est bien pour la mère parce que ça libère l'hormone prolactine, qui induit le sentiment maternel chez la mère. Une autre "hormone d'allaitement" est l'ocytocine, qui aide à remplir les canaux lactifères qui mènent au mamelon; il aide aussi à relaxer la mère. La succion du bébé aide aussi à contracter l'utérus de la mère, ce qui l'aide à rapetisser au grandeur normal plus vite, et qui aide à diminuer la perte de sang après l'accouchement.

 

Bien sur, l'opportunité augmenté pour le lien mère-enfant qui est offert par l'allaitement est un bienfait très bien connu de l'allaitement, qui nous mène à un sujet un peu "à côté", qui est très intéressant. Un bébé peut avoir beaucoup de cellules au cerveau, mais ils ne marcheront pas mieux s'ils sont connectées ensemble. Les fibres nerveux qui font le lien entre ces cellules s'appellent des "dendrites". C'est quoi qui développe des dendrites?  Vous allez probablement dire "l'allaitement"...pas vrai? PAS VRAI!!! Le toucher développe des dendrites. Tenir son bébé, le toucher, et le flatter, comme une mère le fait naturellement en allaitant ("vous pouvez appuyer un biberon sur quelque choser pour le tenir à la bonne hauteur, mais vous ne pouvez pas faire ça avec un sein"), aide l'enfant à se développer comme la nature voulait que ça se passe, et physiquement, et émotionnellement.

 

Quand commencer des solides

 

Si cette substance aqueuse et très liquide qu'on appelle le lait humain est tellement bon, quand doit-on commencer à donner au bébé de la "vraie" nourriture? C'est une question un peu difficile. Des études récentes ont démontré que l'acide hydrochlorique--utilisée pour digérer la plupart des protéines--n'apparaît même pas dans le ventre du bébé avant la fin du septième mois, et n'atteint pas son maximum qu'à 18 mois. C'est donc intéressant d’apprendre que 18 mois est l'âge approximatif où le "rennin"--utilisé pour digérer la protéine spéciale dans le lait humain--a disparu. En plus, il semble que du "ptyaline", la substance pour digérer les hydrates de carbone, n'apparaît pas avant la fin de la première année du bébé. (Les livres les plus anciens sur le soins du bébé recommandent toujours que les mères mâchent elles-mêmes les premières solides du bébé.)

 

Vous allez peut-être dire que votre bébé avait tellement faim qu'il se battait pour avoir des solides dès 5 mois, mais en fait, c'est très peu probable que ça soit ce qui arrive. En fait, dans votre maison, vous avez une coutume assez étrange. À chaque jour, vous vous rejoignez tous autour d'une planche carrée (ou ronde) et vous mettez des choses bizarres dans votre bouche. Le bébé (qui met déjà tout dans sa bouche déjà!) veut probablement tout simplement participer à votre rituel. Bien des bébés peuvent se faire "trichés" en leur donnant une cuillère à jouer avec durant le repas. Rappelez-vous--des bébés ont tendance à mimer les choses que les autres font autour d'eux.

 

Je laisse la décision des solides (et quand commencer) à vous, mais laissez-moi offrir deux conseils personnels. Première des choses, ne pas forcer votre bébé à manger. Il va vous laisser savoir quand le lait maternel n'est pas assez satisfaisant en augmentant ses tétées de la journée, sans que ça soit une poussée de croissance. Deuxième des choses, au lieu de nourrir votre enfant vous-même à la cuillère, laissez plutôt l'enfant se nourrir lui-même, avec la nourriture que vous allez placer sur la tablette de sa chaise haute. (Je suis père de 11 enfants, et je sais que ceci peut être une expérience assez salissante!)

 

De cette façon, non seulement que votre enfant aura moins tendance à trop manger (et donc à devenir obèse), mais le petit aura moins tendance aussi à manger la nourriture à laquelle il pourrait s'avérer allergique. En passant, du miel, des noix, de la nourriture très sucré, et de la nourriture très épicé ou salé ne sont définitivement pas recommandés pour des bébés.

 

Quand séverer

 

Aussitôt que le bébé a commencé à prendre quoi que ce soit autre que du lait maternel, le séverage a commencé (ce qui ne veut pas dire pour autant que ça se fera dans les deux prochaines semaines!). Il est mieux d'étendre le séverage sur plusieurs mois, et d'aller lentement, en "écoutant" les besoins de votre bébé, pareil comme pour le début de la nourriture solide. C'est aussi mieux de laisser l'enfant décider de la vitesse de son séverage. Contrairement à la croyance populaire, un enfant qui est sevré à un âge "tardif" (qui est plus vieux) n'est pas plus "dépendant" qu'un enfant sevré plus tôt. En fait, l'enfant allaité plus longtemps sera peut-être plus indépendant parce que le choix de s'éloigner de Maman est venu de lui seul. Alors, ne vous laissez pas vous faire influencer par les réactions et les conseils "bien intentionnés" des autres mères sur une décision qui n'affecte que vous et votre enfant, en réalité.

 

Le lait maternel change d'une espèce à une autre. Il contient tout ce dont le bébé a besoin, dans les taux appropriés. Il remplit et les besoins physiques et les besoins émotifs du bébé. Il n'est pas addictif, et tous les enfants se sèvrent lorsqu'ils ont assez bu (imaginez une adolescente qui doit dire à son copain qu'elle ne peut pas rester sortie avec lui au cinéma trop tard car elle doit rentrer pour sa tétée de la soirée avec Maman!).  Faites l'essai, vous allez aimer le résultat.

 

Laissez reposer vos craintes sur l'allaitement

 

Est-ce que le fait de penser à l'allaitement vous fait met des papillons dans le ventre? Si c'est le cas, voici quelques trucs importants.

 

Les deux premières semaines d'allaitement peuvent être très difficiles pour une nouvelle mère, mais prenez un grand respire...et relaxez! C'est très important de vous reposer beaucoup durant la tétée, ce qui va stimuler la réflexe d'éjection--ce qui fait sortir le lait des sinus dans le sein. La crainte, la peur, l'anxiété, la confusion, ou la fatigue peuvent tous travailler contre cette réaction, alors trouvez une place confortable, sans stress, pour allaiter.

 

Deux croyances bien-connus, mais qui ne sont pas vrais, sont que (1) des femmes aux seins petits ne peuvent pas produire assez de lait et que (2) si vous n'avez pas assez de lait quand vous commencez à allaiter, vous n'allez jamais satisfaire les besoins croissants de votre bébé. Ni l'une ni l'autre de ces croyances n'est vrai! Dans toutes les femmes enceintes, un changement physique se fait dans les canaux lactifères qui fait agrandir les seins. En plus, le plus que votre bébé tète, le plus de lait que vos seins vont produire.  Un bébé nouveau-né tète très souvent, souvent à toutes les 1-1,5h (mais avec aucune préparation et ramassage à faire, quoi de plus facile?!).

 

Au début, vous pouvez essayer environ 7-10 minutes à chaque côté pour prévenir d'avoir mal aux mamelons, si vous voulez, mais ce n'est pas nécessaire. Vous pouvez laisser boire le bébé aussi souvent et aussi longtemps qu'il veut, sans des dommages à lui, ni à vous, si le positionnement du bébé est bien. Pour des mamelons qui font mal, c'est bien de les laisser sécher à l'air.

 

Il se peut que ça prenne presque une semaine pour que vous et votre bébé trouvez "votre rythme" et que vous commencez à allaiter sans trop de misère--mais n'abandonnez pas, quand on pense à l’énergie sauvée en n’ayant rien à préparer, rien à laver (etc.), ça vaut le coup!  Ça pourrait aider si vous allez participer à une série de rencontres pendant que vous êtes enceinte, soit chez la Ligue La Léche ou dans un autre groupe d'aide à l'allaitement.

 

Sur l'auteur:

 

Dr Wootan est un médecin de famille certifié, et un associé médical pour la Ligue la Léche International. Il est disponible pour des consultations par téléphone au (800) 635-2126 (en anglais).

Hosting by WebRing.