Nicolas Audet dit Lapointe           .

Génération 0
 
Parmi les colons arrivés au pays et établis dans la paroisse de la Sainte-Famille de l'Ile d'Orléans, entre 1660 et 1668, se trouve le premier ancêtre de tous les Audet-Lapointe.

Les premières mentions relatives à Nicolas Audet en Nouvelle-France se retrouvent dans le "Registre des confirmés 1659-1771", conservé à l'Archevêché de Québec. On y apprend que Nicolas Audet a été confirmé le 23 mars 1664, soit avant l'arrivée bateaux de la saison 1664, ce qui le fait arriver en Nouvelle-France au plus tard à l'été de 1663.

Par la suite, on le retrouve comme portier à l'Évêché de Québec, au service de Monseigneur de Laval. Travaillant d'abord à la ferme du Cap-Tourmente, tel que spécifié dans le recensement de 1666, il devient par la suite portier pour ce dernier à l'évêché de Québec. Dans un acte notarié passé devant le notaire Duquet, le 13 octobre 1668, on y apprend que Nicolas était alors au service de Mgr de Laval, qui l'employait en son évêché et chateau seigneurial de Québec en attendant qu'il put se choisir une terre pour s'y établir. En récompense de ses bons services, Monseigneur de Laval lui concède une terre le 22 juin 1667, dans sa seigneurie de l'Ile d'Orléans, du coté sud de la dite île, paroisse de Saint-Jean.  Voici un extrait de l'acte notarié de cession:


"A tous ceux que ces présentes lettres verront, François de Laval, par la grâce de Dieu et du Saint Siège .......... avoir donné & concédé, donnons et concédons par les d.présentes à titres de cens et rentes seigneuriales comme en qualité de seigr de beaupré & de l'isle d'orléans à Nicolas Audet d.Lapointe à ce présent & acceptant le nombre de trois arpents de terre de front sur le fleuve St-Laurent au passage du sud à prendre dans la d.ile d'orléans tenant d'un costé à Guy Boivin dit St-Martin, d'autre costé à Robert Boylay par devant, sur le d.fleuve par derrière sur la route qui traverse la d.ile de pointe en pointe la d. concession faite au d.Audet à la charge de s'y établir en avoir feu et lieu ou autre pour luy dans un an de ce jour pour d'en cultiver les terres .....  moyennant que le d.Audet s'est obligé de payer par chacun an, jour et feste de St-Martin dhyver pour chacun arpent de terre de front sur le fleuve la somme de vingt sols tournois de rente foncière de bail d'héritage et non rachetable, d'onze deniers de cens pour chacun des d.arpents de terre de front seulement & pour la d.concession trois chapons vifs ou trente sols tournois pour chacun les dits chapons au choix des d.seigneurs le tout par chacun an payable au lieu seigneurial du domaine de la d.seigneurie ou autre que bon semblera aux d.seigneurs luy indiqué à commencer de payer tel cens de rentes dans l'année prochaine que l'on comptera mil six cent soixante et huit  ......       "

Nicolas tomba gravement malade et fut hospitalisé à l'Hotel-Dieu de Québec au mois d'août 1689 pour une période de 19 jours consécutifs; il est hospitalisé une seconde fois au mois de septembre 1689 pour une période de 26 jours. Le 2 août 1696, il se porte acquéreur d'une autre concession de trois (3) arpents de front, à quelque distance à l'ouest de la sienne, et le 2 août 1698 l'avait cédée à son fils Jean-Baptiste.

Lors du recensement de 1681, on y apprend que Nicolas a déjà défriché 15 arpents et possède six (6) bestiaux et un fusil, utile pour l'approvisionnement autant que pour la défense du foyer; Nicolas est dit agé de 40 ans et sa femme de 25 ans.

Lors de l'inventaire de ses biens dressé le 27 décembre 1707, 75 arpents sont en valeur, la maison presque neuve mesure 24 sur 18 pieds, avec grange et étable.

Au cours de l'été 1670, arrive un contingent de filles du Roi; Nicolas fait la connaissance de Madeleine Després, fille de François Després et Madeleine Legrand, native de Paris. Le contrat de mariage est signé le 30 août 1670 chez le notaire Becquet en présence de Anne Gagnier, veuve de Jean Bourdon, protectrice de ces jeunes filles. On y précise que la fiancée apporte des biens estimés à 200 livres ainsi qu'une dot du Roi de 50 livres; le mariage est célébré le 15 septembre suivant en l'église de Sainte-Famille de l'Ile d'Orléans (celle de St-Jean n'existait pas encore). De cette union naitront onze (11) enfants dont dix parviendront à l'âge adulte.

A son contrat de mariage, le 30 août 1670, il est qualifié "habittant demeurant en l'Isle d'Orléans". En regardant de près ce contrat de mariage, on peut y trouver quelques indications sur le niveau de scolarité des époux. Alors que la belle signature apposée au bas du contrat par Madeleine Després peut laisser croire qu'elle possédait une assez bonne instruction pour son âge (environ 14 ans) Nicolas Audet y déclarait clairement qu'il ne savait ni écrire, ni signer.

Le patriarche Nicolas rend l'âme le 9 décembre 1700 et est inhumé le 10 dans la paroisse de St-Jean de l'Ile d'Orléans; son épouse Madeleine décède le 18 décembre 1712 et est inhumée le 19 dans la paroisse de St-Jean de l'Ile d'Orléans.

(Ces notes sur Nicolas Audet proviennent de recherches effectuées par Sylvie Tremblay, m.g.a., dans le cadre de l'émision "Tournée d'Amérique", saison 1995-96)

Acte de mariage de Nicolas Audet et Madeleine Després (le 15 septembre 1670)

"Le quinze de septembre  gbjeLxx  Nicolas Odet fils d'Innocent Odet et de défunte Vincente Reine de St-Pierre du Moli diocèse de Poitiers a été marié avec  Madeleine Després  fille de François Després et de Madeleine Legrand de St-Sauveur de la ville et diocèse de Paris en présence de Pierre Rondeau et de Mathurin Dubé  tesmoins (signé)"
                                                                  Morel   prêtre missionnaire
 
 
Contrat de mariage de Nicolas Audet et Madeleine Després (le 30 août 1670)

"Par Romain Becquet, notaire royal, furent présents en leurs personnes Nicolas Audet, habittant demeurant en l'Isle d'Orléans, fils de Innocent Audet et de défunte Vincente Sayne, ses père et mère de la paroisse de Saint-Pierre de Molloy, Évêché de Poitiers, d'une part; et Magdeleine Després, fille de François Després et de Magdeleine Le Grand, ses père et mère, de la paroisse de Saint-Sauveur, en la ville de Paris, archevêché du dit lieu, d'autre part. Lesquels, de leur gré et volonté et du consentement de leurs parents et amis, pour ce assemblés, à savoir: Dame Anne Gagnier, veuve de feu maître Jean Bourdon, vivant, écuyer, seigneur de Saint-Jean et de Saint-François, procureur-général au Conseil Souverain de ce pays, et de Mademoiselle Elizabeth Etienne, ont fait les accords et promesses de mariage qui en suivent. C'est à savoir, que le dit Audet a promis et promet prendre pour sa femme, légitime épouse, la dite Després, comme aussi elle promet prendre pour son mari et légitime époux, le dit Audet, icelui mariage faire solemniser, devant notre Mère Ste-Eglise Catholique, Apostolique et Romaine, le plus tôt que faire se pourra, et qu'il sera avisé et délibéré, entre eux, leurs parents et amis, si Dieu, comme notre Mère la Ste-Eglise, y consentent et accordent, pour être les dits futurs et conjoints uns et communs, en tous biens, meubles acquets et conquets, immeubles, du jour de leurs épousailles  à l'advenir, suivant la coutume de Paris. Ne seront, les dits futurs conjoints, tenus aux dettes, l'un de l'autre, faites et créées avant le futur mariage arrivé, si aucune y a, seront payés et acquittées, par celui qui les aura faites et crééessur son bien.  Sera douée, la dite future épouse, du douaire coutumier ou de la somme de deux cents livres, de douaire préfixe, pour une fois payé, et ce, au choix de la dite future épouse, icelui douaire, à prendre et avoir, sur le plus beau et le plus clair des biens du dit futur époux, qui y en a, dès à présent, chargé et hypothéqué, et a, le dit futur époux, pris la dite future épouse avec tous ses droits, noms, raisons et actions qu'elle a ce présent, et qui lui pourront échoir, ci-après, tant par succession, donation, qu'autrement, et en outre, le dit futur époux a reconnu et confessé que la dite future épouse lui a apporté, en la communauté, la somme de deux cents livres, dont la moitié entrera en la communauté, et l'autre moitié lui sortira, nature propre, à elle et aux biens de son coté et ligne, et en outre, la somme de cinquante livres, que Sa Majesté lui a donné, en considération de son mariage, qui lui sortiront aussi nature de propre, à elle et aux siens, de son coté et ligne. Et, arrivant dissolution du dit futur mariage sans enfants procréés d'icelui, les dits futurs conjoints se sont fait et font donation, l'un de l'autre, entrevifs, en la meilleure forme et manière que donation puisse avoir lieu, porter effet, en tout son contenu, de tous et chacun les biens meubles acquets et conquets, immeubles, qui leur pourront appartenir, au jour du trépas du premier mourant, sans aucune chose en réserver ni retenir, pour par le survivant du tout, faire jouir et disposer, ainsi que bon lui semblera, au moyen des présentes et pour faire insinuer ces dites présentes, partout ou il appartiendra, dans quatre mois d'hui, suivant l'ordonnance. les dits futurs conjoints ont nommé et élu, pour leur procureur-général et spécial, le porteur des présentes, auquel il donne pouvoir de ce faire, et d'en acquérir acte. Car ainsi etc... promettant et obligeant et renonçant et fait et passé au dit Québec, étude du dit notaire, l'an mil six cent-soixate-dix, le trentième jour d'août, en présence de Jean-Bte Goffet et de Jacques Bouchard, demeurant au dit Québec. Témoins qui ont signé à ces présentes avec la dite future épouse, amis et notaire, et a le dit futur conjoint déclaré ne savoir écrire,"
             (Signés)  Magdeleine Després    Etienne Goffet     Anne Gagnier
                             Gilles Dutartre           Becquet, notaire
 

Descendance de Nicolas Audet dit Lapointe et Madeleine Després

        
1-Nicolas  Né le 21-09 et b. le 21-09-1671 à  Ste-Famille de l'Ile d'Orléans
 Décédé avant la  naissance du second Nicolas en 1672
2-Nicolas  Né le 13-09 et b. le 21-09-1672 à  Ste-Famille de l'Ile d'Orléans
 Déc. le 22-10 et inh. le 24-10-1751 à  St-François du Sud
 Mar:  M.-Louise Chabot   le 15-04-1697 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
3-Pierre  Baptisé le 22-07-1674  à  Ste-Famille de l'Ile d'Orléans
 Sépulture  le 14-05-1715 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Mar:   Marie Dumas     le 03 -02-1698 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
4-Jean-Baptiste  Né le 17-11 et b. le 01-12-1675 à  Ste-Famille de l'Ile d'Orléans
 Déc. le 12-11 et inh. le 13-11-1728 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Mar:   M.-Louise Godbout    le 16-04-1708 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
5-Madeleine  Née le 18-09 et b. le 29-09-1677 à  Ste-Famille de l'Ile d'Orléans
 Déc. le 08-11 et inh. le 09-11-1761 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
 Mar:   Jean Pouliot    le 11-02-1697 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
6-Joseph  Né entre juillet et octobre 1680 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans; 

              possiblement le 27-10-1680
 Décédé avant le 17 mars 1732 (date du contrat de mariage de sa fille Marie
                                                        devant le notaire Joseph Fortier)

 Mar:   Jeanne Pouliot     le 05-11-1703 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
7-Marie  Née le 28-08 et b. le 04-09-1682 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Déc. le 04-01 et inh. le 05-01-1775 à  St-Pierre de l'Ile d'Orléans
 Mar:   Maurice Crépeau    le  06-02-1702 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
8-François  Né le 10-04 et b. le 12-04-1684 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Déc. le          et inh. le
 Mar:   Marguerite Bernard    le  03-06-1709 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
9-Marguerite  Née le 10-12 et b. le 11-12-1686 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Décédée avant le 17 août 1758, (remariage de l’époux à l’Assomption)
 Mar:  Louis Émery dit Coderre    le  26-08-1722 à  Ste-Famille de Boucherville
10-Innocent  Né le 16-04 et b. le 16-04-1689 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Déc. le 05-02 et inh. le 06-02-1774  à  Ste-Famille de Boucherville
 Mar:   Geneviève Lemelin   le  12-11-1710 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans
11-Joachim  Né probablement vers 1691 à  St-Jean de l'Ile d'Orléans
 Décédé avant 1752
 Mar:   Louis-Hyacinthe Roberge   le  23-11-1716 à  St-Laurent de l'Ile d'Orléans

 

L'inventaire et le partage des biens de la communauté qui existait entre Nicolas Audet et Madeleine Després, ne fut dressé que le 27 septembre 1706, devant le notaire Étienne Jacob.  Entretemps, le 1er octobre 1703, Madeleine Després avait fait, avec le consentement des aînés de ses enfants, une donation de ses droits en la succession de son époux à son fils Joseph.
  

Date de création de cette page: 1999/04/20
Date de mise à jour de cette page: 2001/04/01

Pour me rejoindre  gabriel.lapointe@videotron.ca

Hosting by WebRing.