Chapitre 13 avec le groupe de Space Master


6053
2ième mois
19 : Le groupe de Hobbes part comme prévue en route vers le Nord.

25 : Le groupe de Hobbes dort dans une auberge pour la nuit. Durant la nuit, Elda fait un étrange rêve.

Cela ressemble un peu aux rêves qu’elle faisait avec sa mère à l’intérieur tout en étant très différent .

La première différence, c’est que la vision qu’elle a est comme si c’est elle, Elda, qui vivait l’action se déroulant dans le rêve. Elle n’est pas une simple observatrice à distance, elle voit par les yeux d’Elda.

Malgré cela, Elda n’a pas le contrôle de son corps ni accès à la mémoire qu’elle a. Elle entend parfaitement ce qui se passe et ce qu’elle dit, mais surtout, elle connaît les émotions qu’elle a au moment de la vision.

Voici le rêve :

C’est la nuit. Elda est dans une cité de pierre qu’elle reconnaît immédiatement comme étant Norkhool, la cité des elfes de Falkoran sous l’emprise de sa mère, la Reine Alessa.

Elle ressent une excitation, une poussé d’adrénaline qui ressemble beaucoup à de la peur contenu.

Elle porte un bâton de bois noir à la main et avance rapidement dans le dédale des ruelles qui forme ce qui ressemble un peu à un labyrinthe.

Elle est poursuivi, des cries retentissent un peu partout autour d’elle, des cries en Dyari, des ordres pour retrouver l’intruse.

Elda voit un groupe de garde et dit une étrange parole dans une langue qu’Elda ne connaît pas et, sortant de sa main vide, une boule de feu est projeté vers les gardes.

Elda change de direction et courre dans une autre ruelle.

Soudain, elle ressent une intense douleur.

Elda s’éveille. Le rêve a pris fin. Elda se remémore alors une autre vision un peu dans le même genre, à l’époque où elle était une vampire…

6049
4ième mois
04 : Cette nuit là, toujours enchaîné Elda Minard sombre dans une sorte de rêve éveillé ressemblant beaucoup à ce qu’Elda a vécu à l’époque ou sa mère lui envoyait des visions, mais avec de grandes différences...

La première différence, c’est que la vision qu’elle a est comme si c’est elle, Elda, qui vivait l’action se déroulant. Elle n’est pas une simple observatrice à distance, elle voit par les yeux d’Elda.

Malgré cela, Elda n’a pas le contrôle de son corps ni accès aux pensés qu’elle a. Elle entend parfaitement ce qui se passe et ce qu’elle dit, mais surtout, elle connaît les émotions qu’elle a au moment de la vision.

Voici le rêve :

Elle est dans le centre de commandement d’un vaisseau de guerre, probablement un croiseur. Une bataille est en cours, on entends les cannons et les blaster tonner. Un officier est devant Elda et lui dit :

Vous ne pouvez pas combattre, vous devez rester pour assurer le commandement !

Elda ne sait pas ce qu’elle à dit avant que le rêve ne débute, mais l’officier semble surpris de ce qu’Elda vient de dire et le ton de sa dernière phrase le démontre bien.

Elda remarque alors que l’officier, comme les autres personnages visible dans son champ de vision, porte les couleurs et le symbole de Green Corp.

Elle s’entend dire :

Vous avez vos ordres, vous n’avez pas besoin de moi pour les mettre en oeuvre.

Elda quitte le pont sans attendre de réponse de l’officier.

Elle traverse divers couloirs et prend un ascenseur pour finalement arriver au niveau d’une grande soute ou se trouve plusieurs petit navires de combat, des chasseurs. Tous portes les couleurs et le symbole de Green Corp.

À ce moment là, Elda ressent une tristesse, comme si un malheur était sur le point de se passer et qu’elle était incapable de l’empêcher...

Elda entre rapidement dans un des chasseurs et quitte le navire pour se joindre au groupe de chasseurs qui vient de prendre son envole en même temps qu’elle.

Presque immédiatement, ils sont en combat. Elda s’éloigne de son groupe et attaque un navire portant les couleurs et le symbole de l’Empire Terran.

Tout autour, il y a de nombreux navires de guerres, de différentes tailles et faisant partie de plusieurs des grandes maisons impériales, mais aussi d’étranges navires qu’Elda ne connaît pas, mais qui lui font beaucoup penser à celui des anciens navires K’ta’viir.

Mais il y a plus. En effet, Elda voit que la bataille se déroule dans le système Hyperion et que la planète ou se trouve le manoir de sa famille, Hyperion IV, est tout près.

Elda combat de manière efficace dans sa destruction des navires qui semblent être du même coté que ceux ressemblant à des navires K’ta’viir. Elle détruit un navire ennemie, puis passe à un autre qu’elle prend en chasse pour le détruire lui aussi, et ainsi de suite.

Elda ressent une rage, une fureur intense pendant ce combat.

Mais cette habilité ne change pas le résultats qui est évident, c’est-à-dire que la bataille largement en défaveur des forces alliées à celles d’Elda.

Soudain, Elda voit clairement une étrange anomalie près d’Hyperion IV, une petite lune qui n’est pas là normalement. Elda reconnaît alors la base sidérale des Krilen, la base qu’ils ont rencontré lors du voyage de retour de la galaxie vampirique.

Mais cette fois, la base n’est pas inactive, elle se déplace et soudain, un puissant éclair lumineux est tiré de la base vers Hyperion IV, causant une fissure visible dans la surface de la planète.

C’est à ce moment là que le chasseur d’Elda est touché par les tirs croisé de deux chasseurs ennemies et Elda s’éveille.

Quand elle s’éveille, Elda se rappelle du rêve, mais ne s’en soucie pas, elle a trop faim et se sent trop mal… Elle n’y repensera qu’avec le groupe, quand elle aura la deuxième vision...

Elle leur explique les deux rêves. Elda croit que ce n’est qu’un rêve, que cela ne se peut pas...

27 : Le groupe de Hobbes arrive, après une ascension de plusieurs jours, au niveau du vaisseau de Zidar, pris dans la neige de cette haute montagne.

Ils dégagent la glace pour entrer dans le navire.

Rapidement, Vëalorna détermine, après quelques minutes de vérifications, que le vaisseau est irrécupérable : Le moteur principale et le moteur à hyper-propulsion sont trop endommagé pour pouvoir être réparé et le système électrique à brûlé en bonne partie. En fait, Vëalorna crois que Zidar a été extrêmement chanceux de survivre au crash du vaisseau. Par contre, il y a des outils, dont un scanneur médical que Rowan prend et un multiscanneur qu’Elda prend états ainsi que des 3 batteries et 5 cellules électriques que Zidar recharge avec ses pouvoirs psions.

Hobbes ramasse des pièces pour réparer de l’équipement...

Ils discutent de ce qu’ils veulent faire. Première priorité : Retrouver leur équipement.

Zidar explique qu’ils devraient retourner à la tour pour tenter de trouver des indices ou au pire, trouver des informations autour…

Le groupe décide de passer par la terre. C’est un voyage long, plusieurs semaine, mais relativement sans encombre, sauf quelques tracas aux frontières et dans certaines cités. Partout ou ils vont, ils s’informent des possibles nid de créatures maléfique.

67 : Ils sont en dehors de la cité de Sel-Kai, à environ une heure de marche. Ils croisent de temps en temps des voyageurs.

Ils croisent un groupe de guerrier, et Hobbre et les autres reconnaître certaines parties de leur équipements.

De Rowan : Arc long en bois blanc avec de belles gravures en Erlini faite en mythril

De Elda : Épée courte magique

De Hobbes : Épée à deux mains qui appartenait à Ëvanéa Marthana.

De Iris : 5 poignards recourbés qui appartenaient à Ëvanéa Marthana et une épée longue qui appartenaient à Ëvanéa Marthana.

Ils les arrêtent et demandent ou ils les ont trouvé.

Les guerriers qui portent ces armes disent qu’ils les ont acheté à Sel-Kai, d’un alchimiste dont la boutique est dans la section Canal Maze de la cité et qui est nommé Palando Korna. Ils ont payé (500 po par item) des sommes importantes pour ces armes.

Ils parlent entre eux en féline pour discuter de la situation.

Hobbes rachètent l’arc de Rowan avec 600 pièce d’or. Ils questionnent les guerriers qui explique qu’ils chassent les morts-vivants et que c’est pour cela qu’ils ont acheté les armes.

Le groupe repart vers Sel-Kai.

Ils vont rencontrer Palando Korna l’alchimiste. C’est un Shay de 40 ans environ.

Ils le questionnent et il dit que les armes ont été vendu à Palando par un magicien de passage nommé Josaphat Gliren. L’alchimiste ne sait pas si il est encore dans la cité, mais d’après ce qu’il a compris, l’homme en question était un adepte du jeu et donc, il est possible que les personnages pourront le trouver dans une maison de jeu.

Rowan tente de rappeler son bâton par sa magie. Sans effet.

Ils vont à la maison de jeux la plus proche parmi celles nommé par l’alchimiste.

Dans la première, ils ne le connaissent pas.

Dans la deuxième, ils le connaissent, mais il n’est pas là. Ils a quitter les lieux il y a plusieurs semaines, après avoir gagné une fortune au dé. Ils ne savent pas ou il est allé, mais ils croient qu’il est resté dans Sel-Kai.

Note : Hobbes donnent du pourboire en pièce d’or pour les renseignements à chaque rencontre fructueuse durant cette enquête.

Hobbes questionne sur une possible femme qu’il aurait engagé sur place...

Effectivement, il voyait souvent des femmes travaillant sur place, mais aucune en particulier, sauf les deux dernière fois, Irène. Le patron la fait venir.

Hobbes l’interroge avec les autres. Elle dit qu’il a gagné des objets magiques la dernière fois, mais elle ne sait pas de qui.

Ils vont voir les habituer pour savoir qui ont perdu la dernière fois en payant des objets magiques.

Ils ne savent pas qui était le personnage, mais c’était un vieux qu’ils n’avaient jamais vue.

Ils ne savant pas non plus ou pourrait se trouver Josaphat, mais ils ne s’ennuient pas de lui. Le tout c’est déroulé il y a environ 3 semaines.

Ils débutent une recherche systématique dans les auberges et hôtel, en particulier dans les plus riches. Certaines des auberges connaissent le personnage, mais il n’est plus venu depuis plus de 3 semaines.

Ils dorment au First Inn et ils dorment bien.

68 : Ils cherchent a nouveau dans les hôtels et auberges, sans plus de succès.

Ils vont voir les autorités de la ville et demandent des informations sur le Josaphat en question.

Le garde va voir la liste des morts récentes, mais aucune ne correspond au nom ou à la description du personnage.

Puis, soudain, ils rencontrent un Kilrathi avec l’Épée des géants de Hobbes !

L’autre pense que Hobbes est son jumeau.

Ils discutent un moment et ils voient que Hobbes du groupe est plus civilisé, plus ‘brillant’.

Ils apprennent qu’il a acheté l’arme chez «La Maison des bonnes affaire de Danial» et Hobbes lui dit qu’il c’est fait avoir en payant 200 pièces d’or. Il le rembourse, lui donne son épée non magique contre l’épée des géants en disant qu’il va aller lui faire savoir que cela ne se fait pas.

À la boutique «La Maison des bonnes affaire de Danial», les membres du groupes trouvent plusieurs armes à eux, mais pas les plus importantes. Ils ne tentent pas de les reprendre, ils tentent plutôt d'obtenir des informations sur celui qui a vendu les biens en question à la boutique.

Danial dit qu’il l’a acheté à un magicien Josaphat Gliren il y a environ 3 semaines. Il ne sait pas ou il est, mais il est pas mal certain qu’il est résident d’un bordel de la cité, c’est ce qu’il a laissé entendre suite à sa transaction avec lui.

Ils repartent donc, en faisant le tour des bordels cette fois.

Ils en visitent plusieurs, sans succès. Personne ne connais l’homme en question. Ils commencent à être décourager quand ils arrivent finalement à la «Maison des Plaisirs de Marika».

Là, ils apprennent que Josaphat Gliren est un personnage connu de Marika car il était un client régulier jusqu’au moment ou il est subitement devenu riche.

Ils vont donc au Black Velvet», un bordel de luxe.

C’est Zidar qui entre pour interroger.

Les autres attendent quelques minutes, puis ils voient Zidar sortir du bâtiment. Josaphat était bien là, mais il n’a plus rien, il a tout vendu ou dépensé. Il dit qu’il a gagné les objets à un vieux marchand nommé Ignacius Gornath.

Ils vont vers le personnage en question.

C’est un vieux marchand d’herbes qui habite Sel-Kaï et nommé Ignacius Gornath.

Après explication, il donne ce qui lui reste et indique ou il a trouvé et laissé le reste. Il est très satisfait de garder sa vie et ne pas devoir rembourser.

Ignacius a trouvé les objets dans une petite vallée dans une forêt à quelques kilomètres de Sel-Kai durant une recherche de plantes. Il a laissé les objets qui semblaient sans valeurs, mais il a fait plusieurs voyages pour aller chercher le restes.

Ils vont vers la vallée en question et ils trouvent plusieurs coffres, pour la majorité vide. Mais pratiquement le reste du stock des joueurs est là. Entre autre, il y a le livre des Keyko. Partout autour, il y a des ossements éparpillés. L’équivalent d’environ 20 squelettes complets.

Les personnages sont contents...

Ils dorment à la même auberge.

69 : Ils prennent un navire en partance pour la Cité des Cascades

70 : Ils arrivent à la Cité des Cascades et ils laissent leurs armes à l’entrée.

Ils vont directement à la maison de Elsméa.

C’est un serviteur qui répond. Elda remarque que l’homme est légèrement blessé au bras et qu’il ne semble pas avoir dormis de la nuit d’avant.

Ils demandent à voir Elsméa. L’homme ne semblent pas vouloir les laisser passer, mais une servante lui dit de les laisser entrer, que ce sont des amis de la maîtresse.

Ils apprennent alors qu’Elsméa a été enlevé la veille, par un sombre et affreux personnage faisant de la magie démoniaque.

Ils apprennent aussi que Kamiko avait été retrouvé, mais que l’affreux a enlevé Iris. Le reste du groupe, y compris Kamiko, avec Mara, sont partie à la recherche de l’affreux. Il semble que Mara était en mesure de retrouver l’affreux, mais la servante ne sait pas pourquoi. Ils sont tous allé rechercher Iris, mais pas Elsméa car elle était trop faible.

La servante explique aussi au sujet de l’attaque du dragon qui a fuit, mais qu’Elsméa a fait tomber une pierre sur elle. D’après Elsméa, le dragon était là pour protéger un mage maléfique qui se faisait passer pour un alchimiste.

Rowan soigne les serviteurs blessés.

Ils recherchent des indices sur le lieux de l’enlèvement de Elsméa et ils trouvent une trace de sang que Rowan analyse avec son scanneur et détermine que c’est du sang d’une mâle elfe des bois. Puis, elle trouve du sang plus loin, cette fois, du sang de femme elfes Dyari et Altha.

La servante, nommé Clara Vauguen, connaît le liens entre le groupe et Elsméa et elle fait comprendre aux personnages que c’est bien certain qu’ils peuvent rester au manoir en tant qu’invité.

Durant la nuit, Hobbes rêve...

Au début, c’est un rêve normal, Hobbes ne se serait pas vraiment rappelé de ce rêve normalement.

Il est dans une jungle ressemblant beaucoup à celle de son enfance. Il est dans son village natal et il voit plusieurs personne qu’il connaissait à l’époque.

Mais il tourne le dos au village et s’enfonce seul dans la jungle.

Il avance rapidement et est à pister un gros herbivore quand Hobbes entre dans une grande clairière.

À côté de lui se trouve un cercueil spatial comme ceux utilisé par les provinces de l’Empire Terran. La seule différence est le fait que le dessus est composé d’une plaque de verre spatial translucide. À l’intérieur, le cadavre de Sharouk.

Elle est très belle et elle ne semble que dormir.

En fait, Hobbes réalise qu’elle dort réellement !

Il remarque aussi qu’elle porte aux poignets des menottes magnétique, comme celles utilisé pour entraver les prisonniers de l’Empire Terran.

Puis, le rêve change. Le cercueil disparaît en même temps qu’un étrange bruit se fait entendre.

C’est un son régulier, comme un battement de tambour au loin.

Puis, le son augmente de volume et Hobbes identifie le bruit. C’est le battement d’un cœur. Mais avec un son amplifié à l’extrême qui semble venir de partout à la fois autour de Hobbes.

Cela ne dure que le temps de quelques battement, puis le son prend fin d’un coup.

Avance alors vers Hobbes une étrange et imposante femelle Kilrathi. Imposante par sa musculature, mais surtout par sa taille, près de 3 mètres.

Elle ressemblent beaucoup à une membre de la caste des tigres, mais la coloration de sa peau est presque entièrement blanche. Elle a aussi des rayures qui sont estompées sur les flancs, les pattes, la queue et le visage. Elle a les yeux vert pâle.

La femelle ne porte aucune armure, seulement une sorte de tunique sans manche de couleur vert pâle.

Elle ne porte aucune arme, si ce n’est ses armes naturelles.

Hobbes reconnaît la femelle. C’est la même femelle qu’il a vue combattre un chef de clan dans la vision au début de l’année 6053, durant la tempête d’Eassence qui les a transporté à Hrange.

La femelle s’arrête à quelques mètres de Hobbes.

Elle n’a pas l’attitude de soumission des femelles Kilrathi et semble sur ses gardes, mais en même temps, elle n’est pas ouvertement agressive.

Elle regarde Hobbes avec curiosité.

Hobbes : Qu’est ce que tu veux étrangère ?

Rhauwan : Je suis votre fille, Rhauwan.

Elle dit cela sur un ton calme et reste sur ses garde en scrutant la réaction de Hobbes.

Hobbes : Ouen, ok. Pas trop impressionné.

Venu me hanté jusque dans mes rêve...

Rhauwan : J’ai demandé à Sekiak pour vous voir avant mon départ et c’est pourquoi je suis là.

Hobbes : Ouin… Vous lui avez demandé la permission de me voir et c’est fait. Et puis ?

Rhauwan : Je suis présente dans votre rêve, mais seulement mon esprit, mon corps demeure sous la protection de Sekiak, de même que mes frères.

Hobbes : Ah, c’est pas juste un rêve.

Hobbes continue : Qu’est-ce que tu veux me dire ? Que tu craches sur Kesh’ta’morgai ? Cela me ferait très plaisirs…

Rhauwan : Non, je voulais vous voir avant quitter ce monde pour ma destiné.

Hobbes : Dans quel monde ?

Rhauwan : Je vais quitter ce monde pour me rendre dans le système Arnh-Ash Ark.

Au moment ou Rhauwan dit cela, un étrange Kilrathi apparaît entre les deux. C’est un Kilrathi de la caste des tigres très âgés, aux yeux vert brillant.

La créature, en même temps qu’elle apparaît, dit d’un ton ferme, presque en colère : Assez !

La créature ajoute : Le destin de ton père n’est pas le tient. Il doit continuer à protéger la mère de l’élu.

Rhauwan et le vieux Kilrathi disparaissent en même temps que Hobbes s’éveille en sursaut.

6053
3ième mois
01 : Le groupe vient de s’éveiller et Hobbes explique le rêve qu’il vient de faire et comment il se sent envers Rowan et la situation.

Ils sont à discuter de la suite des choses quand ils voient arriver un personnage avec une robe de mage noir qui entre par la porte d’entré, sans frapper, simplement en ouvrant la porte.

Hobbes lève son arme vers la créature et la regarde.

Rapidement, le personnage rabaisse son capuchon et les membres du groupe reconnaissent un démon de la même espèce que Mara. La créature porte de nombreuses blessures au visage, principalement des ecchymoses et des coupures superficielles et ses yeux, contrairement à ceux de Mara, sont d’un rouge vif. La créature avance rapidement vers Hobbes et elle semble en colère.

Hobbes tire sur elle, avant que Rowan, qui l’a reconnu, ait le temps de le dire que c’est Mara.

La blessure causé par l’attaque de Hobbes est une large brûlure au niveau de l’épaule.

Elle s’arrête et dit :

C’est moi, Mara Hobbes !

Il faut partir immédiatement, Iris et Elsméa sont en danger !

La voix et surtout l’accent de Mara quand elle parle en Dyari prouve que c’est bien Mara, même si elle est méconnaissable.

Hobbes remarque immédiatement que, contrairement à la dernière fois ou il a rencontré Mara, la démone dégage à nouveau des phéromones qui la rendent étrangement attirante, même pour lui.

Mara dit qu’elle revient et elle quitte la pièce à la course pour monte à l’étage.

Elle revient quelques minutes plus tard, vêtu d’une armure de plaque complète, incluant un casque. Le tout est à l’évidence une armure technologique, possédant des trous dans les endroits ou des armes de la démones peuvent sortir.

Elle a dans un fourreau qu’elle porte dans son dos, une épée à deux mains.

Mara avance vers la sortie en disant : Il faut y aller !

Étrangement, Mara se ne se dirige pas vers l’une des sorties de la ville, mais vers les allées du grand marché de la cité.

Elle dit qu’elle doit d’abord faire appel à un navigateur pour se rendre plus rapidement sur place.

Elle pose la main sur l’obélisque noir et crie : Zack Télasken ! J’ai besoin de toi !

Après quelques minutes, un homme apparaît près de l’obélisque. Il doit avoir environ 30 ans et ne semble pas particulièrement content d’être là.

Il porte des vêtements de voyage ordinaires, sauf pour une cape d’un vert brillant et orné de fils d’or. Il porte à son cou, un étrange objet ressemblant à un cercle d’or de 8 cm de diamètre avec un cristal convexe sur l’une des faces.

Mara : J’ai besoin que tu utilises ta magie pour me transporter moi et mes compagnons au-delà de cette montagne, à peu près au milieu de la pente.

Zack : Par magie, tu veux dire par un Jump ?

Mara : Il faut arriver le plus rapidement possible sur place, oui !

Zack : Cela serait plus simple d’y aller par voie terrestre, du moins, cela serait moins dispendieux pour toi et tes compagnons.

Mara : Je ne parle pas de paiement ici. Je demande le paiement de ta dette envers moi !

Zack, qui semble encore moins content d’être là : Mais tu sais bien Mara que je ne peux pas faire cela.

Mara s’approche de lui et lui dit, une étrange sonorité dans sa voix : Oui, tu peux et tu vas le faire !

Mara s’éloigne de lui et Zack semble très calme.

Mara dit à Zack autant qu’aux autres membres du groupe : Venez, il faut aller chercher vos armes !

Puis, Mara part rapidement vers la porte où ils ont laissé leurs armes.

Ils sortent ensuite de la cité et quand c’est fait, Mara se tourne vers Zack.

Mara : Maintenant Zack, utilise ta magie pour nous transporter toi et mes compagnon là ou je t’ai dit.

Zack se concentre et il est entouré de magie durant un court instant avant de prendre en main l’objet magique à son cou. Il le regarde et le touche du bout des doigts durant un moment, puis, les personnages se retrouve à flanc de montagne, la cité n’est plus visible.

Mara dit alors à Zack : Maintenant, tu vas retourner à la cité et oublier ce qui vient de se passer depuis notre rencontre près de l’obélisque.

Zack ne dit rien, il disparaît simplement après avoir été illuminé durant un instant dans la magie de l’arcane.

Un peu plus loin, il y a une série de caverne que Mara pointe en disant : C’est là.

Ils entrent dans la caverne.

À l’évidence, pour les membres du groupe, la caverne n’est pas une formation naturelle. Elle est plus haute que large et clairement rectangulaire.

Ils arrivent dans une large grotte, en bonne partie faite encore une fois artificiellement. Au sol, au centre de la pièce, se trouve les cadavres de trois créatures semblables à Mara. Les cadavres sont en bonne partie calcinés.

Hobes : C’est toi qui a tué les créatures ?

Mara : Non, c’est la jeune Zaléna.

Mara ne se soucie pas de ces cadavres et avance vers le fond de la caverne, vers un autre couloir.

Ils arrivent à un embranchement. Il y a un cadavre au sol, encore une fois, c’est celui d’une créature de la même espèce que celle de Mara. Cette fois, elle a été tué par des lames. L’une lui a percé l’épaule gauche, la deuxième a traversé le tronc de la créature par le coté gauche.

Une victime de Mara. Il y a deux autres victimes de Mara dans le couloir vers la gauche. Elle a tué ces trois créatures quand elles a fuit le complexe…

Ils peuvent aller vers la gauche ou la droite. Mara dit que Iris est tout probablement à droite.

Elle dit que les autres sont mort. C’est Zadirûn qui me l’a dit.

Hobbes : Il est ou ? Il a Iris ?

Mara : Il torturait Iris la dernière fois que je l’ai vue.

Après à peine quelques mètres, ils trouvent les cadavres de deux créatures de la même espèce que Mara, mais cette fois, Mara semble surprise. Ce n’est pas elle qui a tué les créatures. La mort, d’après Mara, n’a pas eu lieu il y a plus de quelques heures au maximum.

Les créatures portent les traces d’impactes magiques, tout probablement des éclaires de feu.

Le couloir avance un certain temps avant d’arriver dans une seconde grotte rectangulaire, mais juste avant cette grande grotte, il y a une sorte de trou sur la droite du couloir.

Rowan fait un sort de lumière pour éclairer et voir ce qu’il y a dans le fond du trou. Ils voient seulement ce qui ressemble a des restes d’une structure métallique tordu et en partie enterré sous les pierres.

Ils déduisent que L’espace en question était utilisé à une certaine époque comme ascenseur. Il n’est plus fonctionnel depuis des siècles et il ne reste que le trou.

Plus loin, dans la grotte, ils découvrent les cadavres de 12 singes laissé un peu partout dans la salle, tous tué par des lames. Les cadavres sont encore chaud.

Dans un coin de la grotte, les personnage peuvent observer un tas de métal qui ressemble vaguement à une armure.

Hobbes va voir.

Les restes d’un robot.

La grotte n’a qu’un autre accès, un autre couloir que les personnages empruntent.

Ils remarquent que sur le sol, il y a des traces de sang. Rowan tente de l’analyser, sans succès.

Rapidement, le couloir fait un angle de 90 degrés et c’est à cet endroit que les membres du groupe trouvent un singe qui semble gravement blessé. Le bras gauche de la créature est largement tailladé. Le sang au sol dans le couloir était le sien. Il va tout probablement mourir dans les prochaines minutes.

Mara le termine.

Après plusieurs autres coudes, sans rencontre ni cadavres ni trace de sang, ils arrive à l’entré d’une autre grande salle.

Juste à l’entrée, il y a un cadavre au sol.

Les personnages reconnaissent immédiatement que les vêtements, ou du moins les restes de vêtements du personnage sont ceux d’Iris !

Rowan va l’examiner et l’ausculte, déterminant l’ensemble de sa situation.

Iris n’est pas morte, mais elle est gravement blessé. Elle a les deux jambes cassé, le bras gauche cassé, de nombreuses coupures et ecchymoses. Elle a été, à l’évidence, torturé et elle est fortement déshydraté. Iris n’est pas consciente, ce qui est probablement une bonne chose, vue les blessures qu’elle a subit.

La pièce près duquel le corps de Iris a été laissé pour morte, compte plusieurs étranges structures de métal. En tout, il y a 9 de ses structures qui ont à l’évidence, une origine technologique. En effet, le scanner déterminera la présence de plusieurs canons laser sur chacune des structures.

De plus, il est évident qu’elles sont protégé chacune par un champ de force individuel.

Au fond de la salle se trouve une porte faite en métal et qui est, elle aussi, à l’évidence faite avec une technologie avancé.

Rowan, lui fait boire du Baalak pour les fractures, puis avec sa magie elle soigne les coupures. Finalement, elle lui redonne conscience. Mais elle délire, elle ne fait que dire des mots sans que ni tête. De temps en temps, ils reconnaissent les mots Mara ou encore Elsméa.

Ils s’éloignent de la pièce le temps de faire un test.

Hobbes lance une grenade au plasma vers la plus proche des structures.

Elle explose près de la cible et la structure, de manière surprenante, s’écroule au sol.

Hobbes tente d’entrer dans la pièce avec des manœuvre d’évitement d’attaque, mais avant, il fait un sort pour l’aider à se protéger.

Mais rien ne se passe. Les structures semblent inactive.

Elda et Véalorna restent avec Iris. Rowan, Hobbes et Mara avancent.

Derrière la dernière structure près de la porte de métal les personnages découvrent le corps inerte d’Elsméa, inconsciente et perdant son sang à grand flot. La fille d’Iris a eu les veines des deux bras tranché.

Rowan se dépêche pour soigner la fille d’Iris. Rowan fait le sort coagulation, puis elle lui fait le sort restauration des vaisseau, puis finalement elle lui redonne des points de vie avec son anneau magique.

Elsméa reprend conscience.

Pas pu l’arrêter, trop fort, Iris est morte… il est partie au delà de la porte. Rowan lui dit qu’Iris est encore vivante.

Elda, Véalorna et Iris, titubante, arrivent près d’Elsméa. Elsméa aide Iris à s’assoie et elles restent l’une dans les bras de l’autre.

Hobbes avance vers la porte. Il y a deux bouton, un ouvrir et l’autre fermé en Dyari. Il appui sur ouvrir.

De l’autre coté de la porte, à quelques mètre à peine, se trouve le mage noir qui marmonne des sons incompréhensible. Il est dos aux membres du groupe.

Devant lui se trouve une deuxième porte, qui refuse, à l’évidence, de s’ouvrir pour lui.

Rowan lance une éclaire de feu en même temps que Hobbes tire du blaster et Elda aussi.

Hobbes prend le corps de Zadirûn, mourrant, et il lui casse les jambes et un bras, le griffe, le tabasse et le projette sur le mure. Il fracasse aussi la couronne sur la tête de Zadirûn a coup de blaster. Puis il le fouille. Il n’avait rien sur lui.

Mara : J’aurais pas fait mieux.

Ils observent la porte, c’est la même chose, mais avec un cercle de verre au dessus.

Hobbes émet l’hypothèse que le cercle est pour identifier les elfes de Falkoran.

Elda est incertaine, mais elle accepte.

La porte s’ouvre. Ils sont dans une sorte de sas, il y a une autre porte plus loin.

Qui sont les deux elfes de Falkoran.

Elda se nomme et elle nomme Véalorna.

Qui sont les deux prisonnier ?

Véalorna : Qui ?

La femelle Altha et le mâle Kilrathi.

Elda est frustré de devoir répondre à des questions comme cela.

Je suis le système de l’Arkarok. Veuillez répondre à la question.

C’est quoi l’Arkarok ?

Je suis le contrôle centrale du navire Arkarok.

Navire ! Elda est très excité. Elle réfléchie.

Elda : Je viens pour réquisitionner le navire pour aller conduire ces esclaves jusqu’à Falkoran.

Arkarok : Veuillez placer votre main sur le détecteur.

Elda le fait. Il y a une lumière qui éclaire durant quelques seconde, puis cela fini.

Arkarok : Identification positive de la lignée de la princesse Elda.

Arkarok : L’ordre ne peux être autorisé. Ordre prioritaire.

Arkarok : Quel est le statut de l’amiral Morgalath ?

Ils disent que Morgalath est mort.

Arkarok : Confirmation du décès de Morgalath par Véalorna ?

Véalorna : Oui.

Le sas s’ouvre.

Arkarok : Mise en place du prochaine ordre prioritaire. Allumage des système. Départ dans 10 minutes.

Elda : Donc, c’est bien mon transport qui devient prioritaire et nous partons vers Falkoran ?

Arkarok : Non. Ordre prioritaire, quitter la planète pour continuer la mission d’exploration.

Véalorna explique au groupe qu’il n’est pas possible de faire entendre raison au vaisseaux rapidement. Il sera, d’après l’androïde, éventuellement possible de commander le navire, mais il est sur un mode automatique pour le moment et elle n’est pas en mesure de le désactiver rapidement.

Les personnages ont alors environ 10 minutes pour prendre la décision de partir ou non dans le vaisseau Falkoran. Mara reste avec le groupe, mais pas la fille d’Iris qui reste sur place. Tous les autres membres du groupe reste sur le vaisseau.



Suite du groupe de Space Master



Retour

Envoyer un e-mail à Melkor